Un soutien de 2 millions d’euros de l’AFD pour les acteurs du commerce international à Djibouti

Hier, une convention de financement d’un montant de 2 millions € a été signée entre la République de Djibouti et la République française, représentées, côté djiboutien, par plusieurs ministres dont M. Ilyas Moussa Dawaleh, ministre de l’Économie et des Finances, M. Nabil Mohamed Ahmed, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, M. Moussa Ahmed Hassan, ministre de l’Équipement et des Transports, et les Présidents de la Chambre de Commerce de Djibouti (CCD) et de l’Autorité des Ports et des Zones Franches, et côté français, par l’Ambassadeur de France et le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) à Djibouti. Cette convention, première du genre, illustre le soutien de l’AFD au service de l’intégration de Djibouti dans son environnement régional.

Ce nouveau financement de l’AFD vise à renforcer les capacités de la CCD afin qu’elle ait un rôle moteur dans la stratégie de développement de Djibouti au cours des vingt prochaines années (Vision 2035). Cette contribution permet également de mobiliser l’expertise française au profit de secteurs clés pour la croissance économique djiboutienne, via plusieurs actions :

• renforcer les actions de conseil de la CCD aux petites et moyennes entreprises, et notamment pour le développement de entrepreneuriat des jeunes ;

• permettre à la CCD d’être une force de proposition au sein du Haut Conseil National du Dialogue Public-Privé et de la commission mixte de pilotage de l’intégration économique avec l’Éthiopie ;

• structurer les branches professionnelles de la CCD qui sont des partenaires du secteur public pour y développer des offres de formation professionnelles adaptées aux besoins des entreprises (notamment grâce à la mise en place de partenariat avec les chambres de commerces française et éthiopienne) ;

• réaliser une étude de faisabilité pour le développement d’une offre de formation professionnelle d’excellence dédiée aux métiers portuaire, du transport et de la logistique.

• Optimiser la gestion du trafic portuaire.

A travers ce nouveau financement, la France maintient son appui à l’essor du secteur privé à Djibouti, condition essentielle pour favoriser une croissance économique durable, la création d‘emplois qualifiés et la lutte contre la pauvreté.

JPEG
JPEG
JPEG

Dernière modification : 24/03/2016

Haut de page