Signature de la convention « Renforcement de la résilience des ménages ruraux djiboutiens dans les régions d’Obock, Tadjourah et Dikhil »

JPEG
Le mercredi 14 juin 2017, l’Ambassadeur de France, M. Christophe Guilhou, et le Délégué Général SOS-Sahel, M. Rémi Hemeryck, ont procédé à la signature de la convention de financement du projet « Renforcement de la résilience des ménages ruraux djiboutiens dans les régions d’Obock, Tadjourah et Dikhil » en présence de représentants du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale (MAECI), du Ministère de l’Agriculture, de l’Eau, de la Pêche, de l’Elevage et des Ressources Halieutiques (MAEPE-RH), du Ministère délégué chargé de la Décentralisation et du Programme National de Nutrition (PNN), ainsi que des ONG djiboutiennes partenaires de SOS SAHEL (Caravane du Gobaad, Action plus Obock et EVA).

JPEG

Ce projet vise à renforcer la résilience de 350 ménages ruraux djiboutiens, soit plus de 2100 bénéficiaires, dont 700 enfants, dans des zones particulièrement déshéritées des régions de Dikhil, Tadjourah et Obock. Le financement apporté par la France s’élève à près de 50 Millions de FD (très exactement 249 998 euros soit 49 406 720 FDJ).

Différentes actions seront mises en œuvre pendant 9 mois, dans trois régions différentes du pays, afin de contribuer à la réduction de l’insécurité alimentaire et de renforcer les capacités de production agropastorale des communautés concernées.
A court terme, le projet devra améliorer la situation alimentaire des ménages vulnérables en mettant en place trois stocks alimentaires villageois de sécurité (SAVS), en sensibilisant les populations concernées aux bonnes pratiques nutritionnelles et en distribuant une aide alimentaire d’urgence sous forme de bons alimentaires journaliers ou hebdomadaires pendant près de 3 mois.
A plus long terme, les actions programmées prévoient l’équipement de puits maraichers ainsi que la formation aux techniques de culture sur des sols dégradés, à la gestion de l’eau et à l’entretien d’infrastructures de base, dans l’objectif d’augmenter la production maraichère et celle de fourrage pour l’alimentation du bétail.
Une attention particulière est prêtée à l’autonomisation financière des femmes. En effet il est prévu de réaliser une ferme de production pastorale de caprins, dont la gestion serait confiée à des femmes aux ressources très modestes, qui seraient formées au préalable dans la gestion d’une telle unité.
SOS Sahel-Djibouti associera dans ce projet des partenaires djiboutiens locaux : Action Plus Obock, Association Écologie Village (EVA) et Caravane du Développement de Gobaad, contribuant ainsi, par la même occasion, au renforcement des capacités des communautés locales en tant qu’acteurs de leur propre développement.

Au plan national, ces actions s’insèrent pleinement dans la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE vision 2035) mise en place par les autorités djiboutiennes, ainsi que dans les objectifs du PNN dont l’objectif est de réduire de 50% la proportion des enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition. L’action participe à l’atteinte des Objectifs du Développement (ODD) en réduisant l’extrême pauvreté et la faim, en renforçant les capacités techniques des communautés rurales et en créant un environnement durable en adéquation avec une amélioration durable de la sécurité alimentaire.

JPEG

Cette convention signée entre la France et le bureau local de l’ONG SOS Sahel s’inscrit dans le cadre du programme d’Aide Alimentaire Programmée (AAP) en 2017 par le Ministère français de l’Europe et des Affaires Etrangères, afin de contribuer à la sauvegarde et à la réhabilitation des conditions de subsistance des populations en insécurité alimentaire et de répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels les plus urgents. En 2016, une convention de même nature avait été signée, à Djibouti, avec Action contre la Faim (ACF), qui arrive aujourd’hui à son échéance. Avec cette nouvelle signature, la France manifeste son engagement auprès des populations de Djibouti frappées par la sécheresse.

Dernière modification : 14/06/2017

Haut de page