Signature d’une convention : 6 millions...

Signature d’une convention : 6 millions d’euros pour le projet de Développement Urbain Intégré 2 (PDUI-2) dans les quartiers de Layableh et Moustiquaire à Balbala

Le Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur ILYAS MOUSSA DAWALEH, la Chargée d’Affaires p.i. de l’Ambassade de France en République de Djibouti, Madame Anne SUARD, le Directeur Général de l’ADDS, Monsieur Mahdi MOHAMED DJAMA et le Directeur de l’Agence Française de Développement à Djibouti, Monsieur Philippe COLLIGNON, ont signé ce mercredi 27 décembre 2017, une convention de financement en faveur de la République de Djibouti pour la mise en œuvre du Projet de Développement Urbain Intégré 2 (PDUI-2) dans les quartiers de Layableh et Moustiquaire à Balbala.

Ce nouveau projet d’un montant de 6 millions d’Euros (soit plus de 1,245 milliards de Francs Djibouti) permet de financer un volet d’un vaste programme de restructuration urbaine à Balbala. Ce programme fait suite aux deux projets urbains financés par l’AFD dans le passé en collaboration avec l’Agence Djiboutienne de Développement Sociale (ADDS) : aménagements urbains à Pk12 en 2008, puis premier Projet de Développement Urbain Intégré (PDUI-1)à Wahle Daba en 2012.

L’enjeu de ces initiatives est de lutter contre l’extrême pauvreté et de réduire les inégalités urbaines de certains quartiers de la commune de Balbala qui compte aujourd’hui plus de la moitié de la population de Djibouti-ville et concentre la grande majorité des situations de pauvreté.

Ce Projet de Développement Intégré 2 (PDUI 2) cible la zone nord-ouest de la commune de Balbala qui figure parmi les plus précaires : 85% des logements sont des abris de fortune en tôle et bois ou tentes dont les occupants souffrent de l’éloignement des principaux réseaux et équipements publics, moins de 15% des ménages disposent d’une connexion au réseau d’eau potable ou d’un titre foncier et moins de 2% sont motorisés.

Le Projet a pour finalité d’améliorer des conditions de vie des habitants de Layableh et Moustiquaire, en termes de sécurité, de salubrité et de fonctionnalité des espaces publics, par la valorisation de leur environnement urbain et la fourniture de services essentiels dont les populations de ces quartiers sont privées.

Afin d’assurer la pérennité des actions, le Projet cherche à renforcer également le tissu associatif local et les capacités des autorités pour encadrer le développement urbain.

Ainsi, le projet PDUI-2 s’articulera autour des deux composantes suivantes :

  • une composante principale de travaux visant le désenclavement et l’amélioration du cadre de vie par le financement d’infrastructures identifiées comme prioritaires par les habitants des deux quartiers , à savoir 1) les liaisons viaires principales, 2) des équipements marchands , 3) des équipements de proximités notamment l’éclairage public le long des voiries réaménagées et 4) des équipements sportifs et de détente et un centre de développement communautaire (CDC) ;
  • une composante secondaire "soft" visant au renforcement des capacités associatives et économiques des habitants ainsi qu’un appui institutionnel à la gestion urbaine. A ce titre seront mis en place 1) un fonds de développement communautaire visant à développer les activités locales génératrices de revenu en privilégiant la participation des femmes et des jeunes pour financer notamment les actions du CDC et des formations à la construction / maintenance et à la gestion des services publics ; 2) une maîtrise d’œuvre technique qui appuiera l’ADDS pour les études et la surveillance des travaux et 3) un appui institutionnel à la gestion urbaine.

Au-delà du PDUI-2, le programme urbain d’ensemble prévoit à terme de compléter les investissements prioritaires par le maillage des espaces publics de liaison et de vie du quartier (réseau viaire, éclairage public), d’implanter des équipements publics de proximité (groupe scolaire primaire, collège, terrains de sport et de jeux additionnels), d’étendre les activités marchandes, et d’installer des équipements à rayonnement communal (caserne mixte pompiers / gendarmerie en frange Ouest du quartier, centre de santé avec maternité).

Le projet sera géré à travers une convention de financement signée entre l’Agence Française de Développement (AFD) et le Ministère de l’Economie et des Finances chargé de l’Industrie, qui à son tour, mettra les fonds à disposition de l’Agence Djiboutienne de Développement Social (ADDS) à travers une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée. La durée prévue du projet est de 5 années.

Ce projet est issu d’un partenariat historique entre la France et le Gouvernement, renouvelé aujourd’hui pour cette nouvelle convention de financement. La France dispose d’une expertise pointue et recherchée dans les domaines couverts par le projet et l’AFD d’une expérience terrain reconnue sur les sujets urbains à Balbala.
La cérémonie de signature de ces conventions a été l’occasion de rappeler la nécessité de poursuivre la lutte contre les inégalités urbaines à Djibouti-Ville dont la commune de Balbala est le parent pauvre depuis son explosion démographique du début des années 2000. A ce titre, l’engagement des politiques et la participation active des différents représentants du secteur à l’élaboration de ce projet est porteuse d’espoir.

Dernière modification : 31/12/2017

Haut de page