Secours et évacuation sanitaire d’un ressortissant français par une équipe médicale militaire

JPEG

Le 2 janvier 2017, la permanence de l’escadron de sécurité incendie et sauvetage (ESIS) de la base aérienne des FFDj a été contactée par des ressortissants français se trouvant dans le secteur de Bankoualé-Ditilou, au nord de Tadjourah dans une zone difficile car très escarpée. Bloqués sur place à la suite de la chute de l’un d’entre eux, ils ont sollicité l’aide des services de santé militaires.

La section consulaire de l’ambassade de France a été informée de la situation. Elle a assuré l’intermédiaire entre les FFDj et le groupe de Français en situation de détresse, et a procédé aux vérifications et formalités de rigueur (notamment concernant la couverture médicale de la personne accidentée).

Avec l’aval du médecin militaire et sur décision du commandement des FFDj, un hélicoptère de l’escadron de transport et une équipe médicale du centre médico-chirurgical interarmées (CMCIA) ont été mobilisés pour porter assistance à la personne blessée. Cette dernière a été hélitreuillée (l’atterrissage de l’hélicoptère étant impossible) et évacuée vers la base aérienne des FFDj où elle a été prise en charge par le CMCIA.

Dans quelle mesure les FFDj peuvent-elles intervenir ?

Ce type d’intervention n’est pas automatique. En principe, dans un pays étranger, la responsabilité première des secours en tous genres relève de la responsabilité des autorités locales.

En cas de besoin de secours d’urgence, le ressortissant français ne doit en aucun cas contacter directement les FFDj. Il peut en revanche s’adresser à la section consulaire de l’ambassade de France afin de solliciter son assistance. Celle-ci jugera de la nécessité de demander le concours des FFDj. La décision d’envoyer une équipe de secouristes est prise par le commandement militaire sur avis d’un médecin du CMCIA.

Par ailleurs, le déploiement d’un dispositif de secours et d’évacuation n’est pas toujours possible ni immédiat. En effet, toute intervention terrestre, aérienne ou nautique est conditionnée par les conditions météorologiques, et la disponibilité des équipes et des moyens d’intervention. De surcroit, les FFDJ ne peuvent accéder à certaines zones du territoire de la République de Djibouti sans autorisation expresse et ponctuelle des Forces armées djiboutiennes.

Enfin, il est important de noter que l’intervention de l’hélicoptère et d’une équipe de secouristes engendre un coût important qui est à la charge de la personne secourue. L’Ambassade de France invite donc tous les ressortissants français à vérifier s’ils sont bien couverts par leur assistance médicale en cas d’évacuation sanitaire/rapatriement et à connaître les conditions de prise en charge d’une telle opération.

Dernière modification : 25/01/2017

Haut de page