Mission Jeanne d’Arc : Wakri 18, un exercice amphibie majeur à vocation interarmées et interallié

Du 19 au 22 mars 2018, le groupe Jeanne d’Arc a participé à un exercice amphibie majeur baptisé Wakri 18 réunissant des militaires de l’armée de terre, de la marine mais aussi des alliés américains des US Marine Corps. L’exercice était organisé par les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) et dont le volet maritime, le « Command Amphibious Task Group » était assuré depuis le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude.

JPEG

Au total, près de 900 militaires ont embarqué à bord du BPC Dixmude pour Wakri 2018. 350 ont été projetés vers la terre. Parmi eux, plus de 300 militaires français, issus 3e régiment d’infanterie marine (3e RIMa) et du 5e régiment interarmes d’outre-mer (5e RIAOM), et plus d’une trentaine de soldats des US Marine Corps (USMC). Par ailleurs, une équipe de reconnaissance des plages et un détachement de fusiliers marins composé d’une quinzaine de personnes ont permis d’effectuer des missions de reconnaissance et de protection des plages.

Une alouette III, un drone Schiebel, quatre hélicoptères Gazelle et deux Puma de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT) ont également embarqués à bord du bâtiment de projection et de commandement. Ce dispositif aérien a été renforcé par des moyens des forces françaises stationnées à Djibouti : un avion C160 pour des missions de reconnaissance et de renseignement et deux Mirage 2000 pour des missions d’appui au profit des forces. Au cours de l’exercice, le Dixmude a procédé à la mise à terre de près de plus de 70 véhicules, dont une douzaine de véhicules de haute mobilité et une douzaine de blindés légers (AMX 10 RC).

Pour ce faire, les moyens amphibies du Dixmude, composés de deux chalands de transport de matériels et d’un engin de débarquement amphibie rapide, ont été complétés par un troisième chaland de transport de matériel de la base navale de Djibouti pour l’exercice.

L’exercice Wakri 2018 a donc contribué à maintenir le savoir-faire amphibie interarmées, conforter la capacité opérationnelle de projection de force des Forces françaises stationnées à Djibouti mais aussi à entretenir le haut niveau d’interopérabilité entre la marine nationale, l’armée de terre et leurs alliés américains.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Dernière modification : 25/03/2018

Haut de page