Message de l’Ambassadeur de France M. Arnaud Guillois, à la communauté française de Djibouti.

M. Arnaud Guillois, Ambassadeur de France à Djibouti, s’exprime aujourd’hui sur la situation relative à la lutte contre le COVID-19 à Djibouti et dans le monde. L’Ambassade de France se mobilise pleinement au service de ses compatriotes, dans un esprit de solidarité.

JPEG

Chers compatriotes, chers amis de Djibouti,

Le monde entier vit actuellement la crise sanitaire la plus grave depuis un siècle. Comme l’a dit le Président Macron, nous sommes en guerre. Aucun pays n’est épargné.

A Djibouti, le gouvernement s’est fortement mobilisé ces dernières semaines pour se préparer à l’urgence sanitaire. De strictes mesures de confinement ont été prises. Elles doivent continuer d’être respectées le plus rigoureusement possible. Mais nous devons prendre conscience que, ici comme partout dans le monde, les services de santé seront mis à rude épreuve. Le secrétaire général des Nations Unies comme le Directeur général de l’OMS ont exprimé leurs plus vives inquiétudes pour le continent africain qui devrait être durement touché par l’épidémie de Covid-19.

Mais pour autant, nous devons continuer à agir ! C’est ce que fait cette Ambassade, au service des Français comme de la relation franco-djiboutienne et des intérêts de la France dans la région. Une fois encore, cette crise nous rappelle l’excellente synergie avec les Forces Françaises stationnées à Djibouti, disponibles et réactives, au profit des Français comme des Djiboutiens. Nos forces militaires et leurs familles contribuent en volume mais aussi en état d’esprit à la cohésion et résilience de notre communauté. Il en faudra.

Nous suivons ainsi avec la plus grande attention la situation sanitaire à Djibouti, où 25 cas, en date du 30 mars, ont été diagnostiqués. Nous travaillons quotidiennement avec les autorités djiboutiennes, mais aussi nos partenaires internationaux. La France a par exemple proposé que le G7 et le G20 prennent une initiative en faveur de l’Afrique. Les pays vulnérables ont besoin d’une aide dans le soutien à leurs systèmes de santé et ils auront aussi besoin d’une aide substantielle, en particulier compte tenu de l’impact de la crise sur l’activité économique.

S’agissant plus précisément de Djibouti :
- Nos établissements d’enseignement, associés à l’AEFE, le Lycée français de Djibouti comme l’Ecole de la Nativité assurent en ligne leurs cours depuis le lundi 23 mars. Je renouvelle ici ma gratitude aux enseignants et aux équipes pédagogiques pour leur dévouement ;
- L’Institut Français qui s’apprêtait à célébrer avec enthousiasme la semaine de la francophonie a dû lui aussi fermer ses portes. Mais les cours de langue continuent d’être dispensés en ligne et l’Institut a mis gratuitement à disposition l’application culturethèque. Plusieurs centaines d’entre vous se sont inscrits ces derniers jours à cette bibliothèque numérique ;
- Campus France continue son action en faveur de la mobilité universitaire des étudiants djiboutiens souhaitant venir en France ;
- Notre consulat œuvre jour et nuit en faveur de nos ressortissants.

Dans ce contexte, la préservation de la sécurité et de la sûreté des Français est ma priorité. J’ai réuni dès le 17 mars dernier un comité de sécurité exceptionnel qui a rassemblé près d’une centaine de personnes dont vos représentants consulaires, les chefs d’îlots, les chefs d’entreprises, nos principaux partenaires de la communauté éducative ou associative, sur la situation en cours. Je sais que vous êtes nombreux, chaque jour, à suivre nos publications sur les réseaux sociaux. Nous continuerons de vous informer aussi précisément et régulièrement que possible.

Nous sommes aussi depuis plusieurs semaines mobilisés pour assurer le retour en France de nos compatriotes non-résidents à Djibouti, qu’ils soient touristes, en déplacement temporaire professionnel ou familial. Dans des conditions rendues complexes par la fermeture presque totale des espaces aériens européens et djiboutiens, nous sommes déjà parvenus à assurer le rapatriement de plusieurs dizaines d’entre eux. Mais, à l’heure où je vous parle, une centaine de ressortissants français et européens de nombreuses nationalités, est encore bloquée dans le pays. Nous travaillons sans relâche pour que ces personnes puissent retrouver leurs foyers dans les meilleurs délais possibles.

S’agissant des Français résidents, le gouvernement français leur a recommandé, nous a recommandé, de rester sur notre lieu de résidence habituelle. Cela reste aujourd’hui valable et nécessaire. Cette recommandation est la meilleure pour empêcher le plus possible la propagation du virus. Bien sûr, les personnes en situation vulnérable doivent se signaler au consulat, en précisant la nature de l’urgence et en indiquant un numéro de téléphone ou une adresse courriel où être joints. Plusieurs d’entre vous l’avez fait ces derniers jours. Sachez que nous rendons compte quotidiennement au centre de crise du Ministère des affaires étrangères de la situation des Français à Djibouti.

Au-delà, et comme je vous l’ai déjà écrit, je vous invite à continuer de respecter scrupuleusement les consignes de confinement, ainsi que les gestes barrières qui peuvent empêcher la propagation du virus. En cas de symptômes, contactez le 1517, numéro djiboutien d’urgence mis en place par les autorités djiboutiennes. Ne faites pas d’automédication et suivez les recommandations de votre médecin traitant.

Mes chers compatriotes, mes chers amis,

Je suis conscient que nous vivons une période très difficile. Nous nous inquiétons pour nos proches, pour nos familles, pour nos amis, qu’ils soient à Djibouti, en France, partout dans le monde. Nous nous posons de nombreuses questions. Toutes les réponses n’existent malheureusement pas.

Je vous remercie de votre attention. Tout le personnel de l’Ambassade et moi-même restons à votre entière disposition. Prenez soin de vous.

Arnaud Guillois
Ambassadeur de France auprès de la République de Djibouti.

Dernière modification : 31/03/2020

Haut de page