Les policiers djiboutiens améliorent leur technique d’intervention.

JPEG
Du 13 au 28 mars 2015, 19 policiers, dont une femme, issus du corps de la sécurité publique et de différentes compagnies d’intervention ont suivi une formation axée sur les compétences pour devenir aide-moniteur en gestes techniques professionnels en intervention. Dans un premier temps, les policiers ont repris les techniques de base, notamment le menottage et la palpation d’individus suspects. Ils se sont aussi formés aux méthodes d’utilisation de moyens de protection tels que le tonfa (bâton de défense à poignée latérale). Puis, les stagiaires se sont transformés en éducateurs dans un second temps, lorsqu’ils ont entrepris la maîtrise des procédés de transmission avec pédagogie des connaissances acquises aux collègues de leurs unités respectives. Cette formation, première du genre, a permis aux policiers djiboutiens de travailler des techniques, à pratiquer dans des configurations différentes, tout en respectant l’intégrité physique des personnes et des sites.

Le 28 mars, lors de la cérémonie de remise d’attestation d’aide-moniteur aux élèves, le directeur général de la police nationale, le colonel Abdillahi Abdi Farah et le formateur français, le brigadier-chef Laurent Crozet, ont appelé les policiers à prendre le temps de perfectionner les gestes appris lors de la formation en vue d’une totale maîtrise en cas d’intervention. Cette formation qui s’est faite avec la collaboration d’un officier féminin de la police djiboutienne, contribue ainsi à la professionnalisation des policiers et plus globalement, à la protection des Djiboutiens. Elle s’inscrit dans le cadre des actions mises en œuvre par l’ambassade de France à Djibouti qui intègre notamment la transmission du savoir-faire et des connaissances en matière de sécurité entre les forces de sécurité françaises et djiboutiennes.

Dernière modification : 20/04/2015

Haut de page