Le repas gastronomique des Français, entre harmonie, générosité et excellence.

PNG
Le repas gastronomique des Français, entre harmonie, générosité et excellence.

Le 19 mars 2015, l’Ambassade de France organise, avec le Djibouti-Palace Kempinski, un dîner gastronomique à l’hôtel Kempinski. Ce « repas à la française » s’inscrit dans le cadre de l’opération Goût de/Good France, mise en place par le ministère de affaires étrangères et du développement international, à l’initiative du chef Alain Ducasse.
S’inspirant d’Auguste Escoffier qui initiait en 1912 les Dîners d’Épicure (le même menu, le même jour, dans plusieurs villes du monde et pour le plus grand nombre de convives), Goût de/Good France réunit plus de 1500 chefs aux quatre coins de la planète le temps d’un dîner, pour célébrer l’excellence, la diversité et la modernité de la gastronomie française. Les chefs, qui ont été sélectionnés par un jury international, ont conçu un menu « à la française » avec un cadre commun - un apéritif de tradition française, une entrée froide, une entrée chaude, un poisson ou un crustacé, une viande ou une volaille, un fromage français (ou une sélection), un dessert au chocolat, des vins et un digestif français - tout en restant libres de mettre en valeur leur propre tradition et leur culture culinaire.
Goût de/Good France défend une cuisine de qualité, axée sur le plaisir et la générosité, respectueuse de la planète et de la santé de ses contemporains.
Cet évènement international, qui aura lieu le 19 mars 2015, fera également suite à l’inscription du « repas gastronomique des Français » sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO et participera à son rayonnement à travers le monde.
A l’image de la cuisine française, il sera empreint d’excellence et d’humanisme puisque les convives apprécieront un récital du pianiste de renommée internationale Maxime Zecchini. Une partie des fonds récoltés sera reversée à l’association BE Health qui agit pour la prévention et le traitement contre les maladies infectieuses telles que la SIDA et la tuberculose.

Dernière modification : 23/02/2015

Haut de page