Le 14 juillet 1915, l’auteur de la Marseillaise est inhumé aux Invalides.

PNG
Le 14 juillet 1915, après un débat au Parlement, les cendres de Rouget de Lisle sont transférées aux Invalides. L’auteur de l’hymne national français, officier à Strasbourg en 1792 alors que le Roi vient de déclarer la guerre à l’Autriche, est interpellé ainsi par le maire de la ville au cours d’une réception organisée le 24 avril en l’honneur des officiers de la garnison de Strasbourg : « Monsieur de Lisle, faites-nous quelque beau chant pour ce peuple soldat qui surgit de toutes parts à l’appel de la patrie en danger et vous aurez bien mérité de la nation ». Le lendemain, Rouget de Lisle écrit les paroles et compose la musique d’un Chant de guerre pour l’armée du Rhin, qui sera interprété lors d’un dîner. Le chant se répand dans toute la France. Entonné par le bataillon des Marseillais dans leur marche vers Paris en juillet, le chant est appelé La Marseillaise par les Parisiens et déclaré chant national le 14 juillet 1795.
Interdite sous l’Empire et la Restauration, la Marseillaise est remise à l’honneur lors de la Révolution de 1830 et Berlioz élabore une orchestration qu’il dédie à l’auteur. Toutefois, pendant longtemps, il n’existe pas de version unique de la Marseillaise qui a été mise en musique sous diverses formes, avec ou sans chant. La Marseillaise devient hymne officiel en 1879, mais ce n’est qu’en 1887 qu’une « version officielle » est adoptée par le ministère de la guerre.

Pour écouter un extrait du discours du président de la République M. Raymond Poincaré prononcé le 14 juillet 1915, cliquer ici.
PNG
Discours du président de la République, M. Raymond Poincaré, sur le parvis de l’Hôtel des Invalides le jour du transfert des cendres (14/07/1915).- crédits : agence Rol
PNG
Accompagnement militaire devant l’Arc de Triomphe lors du transfert des cendres de Rouget de Lisle (14/07/1915) - crédits : agence Rol

Dernière modification : 20/09/2015

Haut de page