Intervention devant la presse : moment de recueillement inter-religieux chrétien et musulman à la cathédrale Notre-Dame du Bon Pasteur de Djibouti (10/01/2015)

Article publié dans La Nation du 12 janvier 2015.

Office multiconfessionnel en la cathédrale de Djibouti : Dire non à l’amalgame entre Islam et intégrisme… (12 janvier 2015)

En aparté avec…Serge Mucetti Ambassadeur de France à Djibouti (12 janvier 2015)

A la suite des attentats terroristes qui ont secoué la capitale française le week-end dernier, l’Ambassade de France à Djibouti a organisé samedi en début de soirée, une cérémonie religieuse multiconfessionnelle dans la Cathédrale de Djibouti. En marge de l’office religieux, nous avons recueilli une réaction de l’Ambassadeur de France à Djibouti, M. Serge MUCETTI.

La Nation : Pourquoi cet office religieux multiconfessionnel ?

Serge MUCETTI : Nous avons voulu montrer à travers ce moment de forte intensité que la France et les Français ne s’élevaient pas contre l’Islam. Nous nous élevons contre le terrorisme, et nous avons voulu montrer que nous vivons en harmonie, et nous continuerons à le faire.
Les musulmans, les chrétiens, les juifs et tous les tenants des autres confessions forment une grande armée pour combattre toutes les formes d’intégrisme et de fondamentalisme.
Je voudrais aussi, puisque je m’adresse à un journaliste, dire que si les Français ont réagi de cette façon-là, et que ce mouvement a été repris dans tous les pays du monde, c’est parce que les intégristes ont voulu porter atteinte à la liberté, comme cela a été dit, par l’évêque puis par l’aumônier militaire musulman des FFDJ.
La liberté de penser, la liberté de conscience, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, sont des principes inébranlables.
Et vous les journalistes, vous incarnez chaque jour cette liberté. Et en s’en prenant aux journalistes, et à la presse de façon générale, les terroristes ont voulu essayer d’affaiblir les bases de notre démocratie, ce qui nous est totalement insupportable et inacceptable. C’est aussi le message de ce soir.

L’exclusion sociale et la marginalisation des jeunes issus de l’immigration peuvent-elles être à l’origine du phénomène de leur radicalisation ?

SM. Beaucoup est fait en sorte que tous les jeunes et les personnes qui sont issues de l’immigration, trouvent leur place dans la société française.
Certains font beaucoup d’efforts, mais dans leur action quotidienne, ils peuvent se laisser détourner par de mauvais génies, de mauvais esprits, qui profitent de leurs faiblesses, et quand ils deviennent un terrain favorable, ils se laissent entrainer sur la pente du fanatisme, et au lieu de construire avec nous un avenir meilleur, ils veulent le détruire. C’est là qu’il faut trouver la signification à ces actes.

Quelle solution pour apaiser les tensions et le climat qui a tendance à s’alourdir en France aujourd’hui suite aux évènements tragiques de ces derniers jours ?

SM. Dans toute famille, des disputes ou des antagonismes peuvent surgir. En pareil cas, le meilleur moyen de les réduire ou de les faire disparaître, c’est de se rassembler, de se mettre autour de la table et en parler ensemble.
C’est le sens par exemple de la cérémonie de ce soir, où nous avons voulu faire quelque chose ensemble pour retrouver les liens qui s’étaient dissipés.
Car ces liens n’ont pas disparu au sein de la communauté française. Si certaines composantes ou des individualités ont pu s’éloigner de cette communauté, à nous de les retrouver et de les accueillir, car il faut d’abord que nous nous rassemblions autour de nos valeurs républicaines, et de la trinité Liberté, Egalité et Fraternité (nous sommes ici dans une église, la maison de la trinité).
Propos recueillis par MAS

Dernière modification : 20/05/2015

Haut de page