Fête nationale du 14 juillet

M. le Président de l’Assemblée Nationale, Mesdames et Messieurs les Ministres,

Messieurs les Ambassadeurs,

Mon Général, messieurs les officiers, sous-officiers et militaires du rang,

Chers amis,

Chers compatriotes,

« C’est une très grande joie pour Narguès et pour moi de vous accueillir ce soir ici pour célébrer ensemble notre fête nationale. Comme vous le savez sans doute, nous nous apprêtons à quitter Djibouti dans quelques jours au terme d’un séjour de trois années et demi. Permettez-moi donc de saisir cette occasion pour faire un rappel rapide sur les avancées entre nos deux pays depuis un an. « Des relations exceptionnelles » pour reprendre la formule du Président Ismail Omar Guelleh dans le message qu’il vient d’adresser au Président Emmanuel Macron à l’occasion de ce 14 juillet.

L’année 2019 a confirmé de façon spectaculaire l’importance que représente Djibouti pour la France. C’est en effet par Djibouti que le Président de la République a débuté les 11 et 12 mars dernier sa tournée dans la Corne de l’Afrique. Il a saisi cette occasion pour s’entretenir longuement avec le Président Ismail Omar Guelleh puis pour rendre visite à nos forces stationnées. Cette visite a permis de réaffirmer l’amitié singulière qui lie nos deux pays et nos deux peuples. Le Président de la République était accompagné de plusieurs ministres qui ont chacun saisi cette occasion pour tenir des réunions de travail avec leurs homologues djiboutiens parmi lesquels le Ministre des Affaires étrangères, M. Mahamoud Ali Youssouf, le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, M. Nabil Mohamed Ahmed ainsi qu’avec le Ministre de la défense. Ces entretiens ont donné lieu à des engagements qui renforceront encore d’avantage notre relation bilatérale. La visite de M. Remi Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement débouchera sur un engagement accru de l’AFD notamment en matière d’urbanisme, de santé et d’enseignement supérieur.

2019 aura également été une année importante pour le Lycée Français de Djibouti. C’est en effet en janvier dernier que s’est réuni pour la première fois le nouveau conseil d’Administration sous la présidence du Directeur de l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger, l’AEFE. Cette réunion a permis de lancer le nouveau lycée qui verra le jour d’ici 2021. Cette construction, moderne et adaptée permettra d’accueillir dans d’excellentes conditions élèves et enseignants et contribuera à renforcer l’attractivité de l’Établissement.
C’est un pas décisif et je tiens à remercier tous ceux qui ont soutenu et soutiennent ce superbe projet.

Dans le domaine culturel, nous avons relancé les activités de l’institut français, avec cette année un cycle de conférences de géopolitique animé par les meilleurs experts français. Ces conférences inédites ont connu un très vif succès. L’Institut contribue par ses formations au renforcement de la Francophonie dans le pays. Il est également entièrement au service de la culture et de la société civile djiboutienne.

En matière économique, la création du Groupe d’Affaires France-Djibouti en 2017, qui rassemble près d’une trentaine d’entreprises françaises et djiboutiennes dont je salue la présence ce soir, connaitra en 2019 une nouvelle évolution. Le groupe s’est doté de locaux permanents et bientôt d’une assistante qui lui permettront de pérenniser son action. C’est une étape importante au service des entreprises et des économies de nos deux pays

Il est en effet essentiel que les sociétés françaises participent davantage aux opportunités offertes à Djibouti. Je me réjouis par exemple que la société Engie, qui emploie 150 000 personnes à travers le monde, ait signé un premier engagement en mai dernier pour réaliser une ferme solaire dans le grand Bara pour un montant de 360M€. D’autres projets d’investissements sont en cours, notamment la chaine Onomo qui prévoit la construction d’un hôtel 4 étoiles et une centaine de chambres dans le quartier du Héron. Le montant de l’investissement est d’environ 70M€. Il s’agit de vrai argent, de vrais projets aux meilleurs standards technologiques et de savoir-faire pour des retombées économiques immédiates.

Pour faciliter les échanges, nous négocions d’ailleurs la conclusion d’un accord de non double imposition, demande djiboutienne de longue date. J’espère qu’un texte sera signé d’ici la fin de l’année et qu’il favorisera l’installation d’investisseurs français dans le pays.

Sur le plan de la stabilité régionale, la France a été le premier pays à se mobiliser et la seule à maintenir son soutien au Conseil de sécurité sur le dossier Erythréen en novembre dernier pour que les demandes djiboutiennes soient intégrées dans la résolution sur les sanctions. La négociation fût âpre mais nous avons obtenu gain de cause au terme d’une étroite concertation à Djibouti, Paris et New York.

En matière de sécurité nous coopérons également très étroitement avec nos homologues djiboutiens. La France se félicite de l’arrestation à la fin de l’année dernière du djihadiste M. Peter Shérif et de son expulsion vers la France. Cette opération a illustré l’étroitesse des échanges entre nos pays unis dans la lutte contre le terrorisme.

Au-delà, avec la gendarmerie et la police notre coopération est croissante. Nous sommes particulièrement fiers que Djibouti et sa gendarmerie nationale accueille depuis le début de l’année sa première école nationale à vocation régionale, consacrée aux métiers de la police judiciaire. Ce centre de formation moderne situé à PK23 a vocation à recevoir des stagiaires de tout le continent et au-delà. Il contribuera à œuvrer pour la Francophonie. La France est fière d’y contribuer au travers de ses experts et de ses équipements.

En matière de défense, nous nous réjouissons de l’accueil et des facilités que nous réservent les autorités djiboutiennes. Et nous avons été particulièrement sensibles à l’invitation adressée au Chef d’État-major des armées, le Général François Lecointre venu en visite officielle en novembre dernier. Cette visite répondait à celle effectuée quelques mois plus tôt en France par le Général de corps d’armée, Zakaria Cheik Ibrahim et contribué à franchir une nouvelle étape dans le renforcement de nos relations bilatérales.

C’est dans ce contexte que le Président Ismaël Omar Guelleh s’est rendu le 24 juin dernier sur le Porte-avions Charles De Gaulle après avoir rendu visite aux FFDJ sur la base aérienne 188. Cette visite témoigne de l’attachement du Président aux forces françaises stationnées dans la région au service de la souveraineté de Djibouti.

Ces quelques rappels témoignent d’une année 2018-2019 particulièrement riche qu’il s’agisse des rencontres au plus haut niveau des Etats, en matière de Défense, de sécurité, de culture, de diplomatie et d’économie. Rien de ceci n’aurait été possible sans votre soutien, chers amis, que vous soyez djiboutiens, français ou collègues diplomates. Chacun y a apporté sa contribution, et je voudrai vous remercier pour cela. Je souhaiterai remercier particulièrement les FFDj et le Général Eric Gernez avec qui les relations ont toujours été confiantes et fluides. Je suis très heureux que notre communauté militaire, dont une part importante vient en famille contribue au développement économique du pays et confirme la confiance que nous avons dans Djibouti.

Mes remerciements s’adressent également à tous les agents de l’ambassade, les personnels de nos établissements français, de l’Agence française de développement, de l’Institut français de Djibouti , nos militaires, policiers qui m’ont permis d’animer avec succès notre relation bilatérale. Je vous remercie de la confiance que vous m’avez accordée pendant mon séjour qui m’a permis de mener à bien cette mission exaltante. Merci à tous pour votre mobilisation. Je vous souhaite le meilleur pour la suite de vos missions respectives. A très bientôt j’espère. Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente fête du 14 juillet et une très bonne soirée. Vive la France, Vive Djibouti, Vive l’amitié entre la France et Djibouti. »

Dernière modification : 15/07/2019

Haut de page