Élisabeth de Miribel, celle qui a dactylographié l’Appel du 18 Juin

PNG
Son rôle n’a pas souvent été mis en lumière, pourtant, la collaboratrice du général de Gaulle qui a dactylographié le texte de l’Appel du 18 juin est un des rares témoins de ce moment historique pour la France. Fille du comte Guy de Miribel et de la comtesse Marthe de Mac-Mahon, Élisabeth de Miribel est née 19 août 1915 à Commercy (Meuse). Elle suit des études à la Faculté des lettres de Paris, puis à l’Université de Genève. Après un engagement dans les mouvements sociaux (chrétiens), elle rejoint la poignée de collaborateurs du général de Gaulle à peine arrivé à Londres.

Entre 1940 et 1944, elle sera collaboratrice, puis Attachée au cabinet du général de Gaulle. Elle embrasse la vie religieuse durant cinq ans en se retirant au Carmel. Par la suite, elle occupera des postes au sein de plusieurs ambassades, ainsi qu’au Ministère des Affaires étrangères. Elle termine sa carrière comme Consul général de France à Florence.
Élisabeth de Miribel publiera plusieurs ouvrages dont A la recherche de Dieu, Au service de l’Afrique (1961), Comme l’or purifié par le feu, Edith Stein 1891-1942 (1954), La Mémoire des silences de Vladimir Ghika (1987).

Dans La Liberté souffre violence publié en 1981, elle revient sur ce jour de juin 1940 lorsqu’elle a tapé l’Appel du 18 juin. Elle écrit : « Dans l’après-midi du 17 juin 1940, le coup de téléphone que j’espérais secrètement m’a convoqué pour le lendemain matin à Seymour place, dans un petit appartement (…). Je me suis retrouvée devant une machine à écrire, alors que je tapais fort mal, et devant des feuilles manuscrites très difficiles à déchiffrer (…). Mon vrai travail a commencé vers trois heures. (…) Pour gagner du temps, Geoffroy de Courcel m’en dicte des passages. Il emporte, au fur et à mesure, les feuillets dactylographiés pour les soumettre au Général (…). Ces mots vont constituer une page d’histoire. Je ne le sais pas encore. Pourtant j’ai l’obscur pressentiment de participer à un événement exceptionnel  ».

Élisabeth de Miribel est Officier de la Légion d’honneur, de l’ordre national du Mérite, titulaire de la Médaille de la Résistance, Chevalier des Arts et des Lettres. Elle décède le 29 mars 2005.

Dernière modification : 18/06/2014

Haut de page