Djibouti : une visite du service de santé des armées placée sous le signe de la coopération internationale

Du 11 au 14 mars, le médecin général des armées Maryline Gygax Généro, directrice centrale du service de santé des armées, est allée à la rencontre du personnel médical déployé en soutien des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj). Cette visite a été marquée par un déplacement commun avec son homologue allemand, le Generaloberstabsarzt (MGA) Michael TEMPEL.

JPEG

Forts d’une longue amitié entre les services de santé français et allemand, le médecin générale des armées Gygax Généro et le Generaloberstabsarzt Michael Tempel se sont retrouvés au centre médico-chirurgical interarmées (CMCIA) de Djibouti où œuvre pour la seconde année consécutive une équipe chirurgicale allemande au côté des équipes françaises

C’est dans un état d’esprit de coopération que des médecins des autres pays partenaires présents à Djibouti se sont rendus disponibles pour un temps de convivialité propice à des interactions dynamiques avec la directrice centrale. Américains, italiens, japonais, français, allemands, espagnols et djiboutiens exercent sur un même territoire !

La coopération internationale a également été illustrée par la décoration de commandeur de l’ordre national du 19 juin 1977 remise à la directrice centrale par le premier ministre djiboutien au cours d’une cérémonie reprise par les media nationaux.. Aussi, aux côtés de son homologue djiboutien, la directrice centrale a effectué une visite de l’hôpital des forces armées djiboutiennes, créé en 2016, marquant les nécessaires coopérations entre les deux services.

Au centre médico-chirurgical interarmées Dominique Mattéi, structure neuve et moderne, elle a pu constater le haut niveau technique déployé par le personnel. A l’unité de distribution en produits de santé (UDPS), la pharmacienne principale Géraldine a présenté à la directrice centrale les locaux et l’organisation. Elle s’est ensuite rendue à la direction interarmées du service de santé (DIASS) qui orchestre l’organisation des missions. Elle a pu mesurer la performance du soutien opérationnel et l’ampleur du savoir-faire opérationnel déployé par les équipes qui bénéficient d’équipements adaptés, d’une organisation millimétrée. Rien n’est laissé au hasard pour la réussite de la mission. Elle s’est ensuite déplacée au centre d’entraînement au combat et d’aguerrissement de Djibouti (CECAD) où sont conduits des stages auxquels participe toujours une équipe médicale.

De nombreux échanges sur les lieux de travail et des entretiens avec le commandement militaire mais aussi les familles ont permis à la directrice centrale de mieux appréhender les particularités et les enjeux des séjours et des missions.
Cette rencontre franco-allemande témoigne d’une volonté commune, partagée par les gouvernements respectifs, d’avancer ensemble en faveur de la santé militaire.

Les FFDj constituent un point d’appui majeur pour les forces navales françaises grâce notamment aux capacités offertes pour l’entraînement interarmées et aux facilités de relâches sur une voie maritime de première importance. Dernier port capable de soutenir les bâtiments avant d’aborder l’océan Indien, une quarantaine de bâtiments militaires français font escale annuellement à Djibouti. 15900 femmes et hommes du Service de santé des armées, militaires et civils, œuvrent quotidiennement pour garantir aux soldats français la meilleure prise en charge médicale : de la préparation des forces, au suivi de chaque militaire projeté jusqu’à l’accompagnement de tous les malades et blessés à leur réinsertion. Une chaîne médicale complète et réactive, unique en Europe, qui contribue à l’autonomie stratégique de nos armées. En opération, le SSA mène également des missions d’aide médicale aux populations civiles. Chaque année, 203 équipes médicales et une trentaine d’équipes chirurgicales sont déployées avec les forces, souvent au plus près des combats.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Dernière modification : 10/04/2018

Haut de page