Cérémonie de signature entre la France et Djibouti dans le domaine de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche le 4 juin 2020.

Cérémonie de signature de la convention mettant à disposition de Djibouti une subvention de l’AFD de 10 Millions d’Euros pour le Programme d’appui à la Professionnalisation et à la Numérisation de l’Enseignement supérieur.

Le Ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, Monsieur Ilyas Moussa Dawaleh, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Docteur Nabil Mohamed Ahmed, l’Ambassadeur de France auprès de la République de Djibouti, Monsieur Arnaud Guillois et le Directeur de l’Agence Française de Développement à Djibouti, Monsieur Philippe Collignon, ont signé ce jeudi 4 juin 2020, dans les locaux du Centre de Leadership et d’Entrepreneuriat (CLE), une convention de financement en faveur de la République de Djibouti destinée à appuyer la Professionnalisation et la Numérisation de l’Enseignement Supérieur en République de Djibouti.

Ce nouveau financement (nommé « PNE ») d’un montant de 10 millions d’Euros (soit près de 2 milliards de Francs Djibouti) a pour ambition de professionnaliser et de numériser l’offre d’enseignement supérieur à Djibouti, afin de l’adapter à la stratégie de développement du pays.

Ce programme sous forme de don soutiendra le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ainsi que l’Université de Djibouti (UD), le Centre d’Etudes et de Recherches de Djibouti (CERD), mais aussi l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé (ISSS), avec l’objectif :
(i) d’améliorer les taux d’insertion des jeunes diplômés et
(ii) de devenir un pôle reconnu en matière de formation supérieure numérique et de santé.

Le projet sera ainsi organisé autour de quatre composantes :
• la première consistera à moderniser et à accroître la qualité des formations et de la recherche, avec une priorité accordée à la filière informatique/numérique,
• la seconde consistera à créer sur le campus de l’Université de Djibouti un Centre de Formation pour le Numérique, l’Innovation et la Technologie (CENIT), qui proposera des formations continues aux entreprises, accompagnera des entrepreneurs et jouera un rôle de centre de ressources numériques,
• la troisième composante visera à créer un centre connecté de simulation médicale à vocation régionale à l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé (ISSS). Cette composante intègrera également des actions spécifiquement ciblées de lutte contre les épidémies, en particulier en matière de formation des personnels de santé et de renforcement de capacités des agents de l’ISSS. Des actions de sensibilisation et de spécialisation sur la prise en compte des réponses techniques adaptées à l’après-crise COVID-19 pour les personnels soignants en formation seront développées dans ce cadre,
• enfin, la quatrième composante regroupera les activités de pilotage du projet. Elle financera le recrutement d’un bureau d’études ensemblier, chargé d’identifier et de contracter les experts et établissements français partenaires.

En termes d’impacts, une mise en œuvre réussie du projet se traduira par l’amélioration des taux d’insertion des diplômés, la modernisation de l’enseignement (e-learning, pédagogie active, etc.) et l’ouverture réussie de nouvelles formations aux métiers du numérique (codeurs par exemple…), domaine dans lequel un potentiel élevé de création d’emplois a été identifié lors de l’étude de faisabilité.

Ce projet est issu d’un partenariat historique entre la France et le Gouvernement de la République de Djibouti sur le secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, initialement mené par le Service de Coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France et renouvelé aujourd’hui à travers cette nouvelle convention de financement signée avec l’Agence Française de Développement. Par ce nouveau financement conséquent, après ceux apportés en faveur de l’éducation fondamentale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, l’Agence Française de Développement élargit son périmètre d’intervention au bénéfice des populations du pays.

La cérémonie de signature de cette convention a été l’occasion de rappeler la nécessité de poursuivre la lutte contre les inégalités sociales et contre le chômage des jeunes diplômés, en favorisant l’emploi par des mesures d’adéquation entre l’offre de formation et les besoins des entreprises. A ce titre, l’engagement du gouvernement et des bailleurs de fonds et la participation active des différents représentants du secteur à l’élaboration de ce projet sont porteurs d’espoir.

Le Ministre de l’Enseignement supérieur a souligné la très grande importance de ce projet pour Djibouti. L’enjeu est ici d’ouvrir l’Université de Djibouti vers les entreprises présentes sur le marché et de permettre aux étudiants de trouver leur place dans la vie active. Ce projet, engagement du Président Emmanuel Macron lors de sa visite à Djibouti l’an dernier et aujourd’hui concrétisé par la signature est une preuve de la confiance qui existe entre la France et Djibouti, et une promesse de poursuivre l’engagement commun en faveur d’une Université ancrée dans le numérique et le marché du travail à Djibouti.

Le Ministre de l’Economie et des Finances a souligné la forte coopération entre les deux pays et a remercié la France et l’AFD d’apporter leur appui dans le secteur clef qu’est le numérique à Djibouti. Le projet AFD et les initiatives prises par le Ministère de l’Enseignement et le Centre de Leadership tel que le FabLab offrent un véritable horizon vers cet objectif.

JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG

Dernière modification : 15/06/2020

Haut de page