75ème anniversaire de l’Appel du 18 juin du Général de Gaulle

JPEG
Le 75ème anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle à la radio de Londres, a été célébré, en deux temps, jeudi dernier, lors d’une cérémonie sur la place d’armes de Gabode 3 et d‘une réception sur le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) VAR. Cette célébration a permis de rappeler la portée symbolique de ce discours fondateur de la résistance et l’engagement des hommes et des femmes de métropole et d’outre-mer dans les Forces françaises libres.
Lors d’un entretien accordé au journal La Nation, M. Serge Mucetti, ambassadeur de France, évoque l’Appel, « cette énergie, cette conviction absolue dans la Victoire, cette inébranlable confiance dans la solidité de la France d’outre-mer ». Entretien...

La Nation : Vous célébrez aujourd’hui l’anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle. Quelle est la symbolique et la portée de cet Appel ?

M. Serge Mucetti : L’Appel du 18 Juin a deux significations. C’est d’abord un devoir de mémoire qui apparaît à travers les différentes manifestations qui se déroulent en France et à l’étranger. Aujourd’hui, le Président de la République a célébré l’Appel du 18 juin au mont Valérien et ce soir, il y aura une cérémonie particulière à l’Arc de triomphe. Des manifestations se dérouleront également un peu partout en France, là où ont vécu des Français qui ont entendu l’Appel et rejoint le général de Gaulle à Londres, dans les maquis et les forêts, dans les carrières, là où on a lutté contre l’ennemi. Ce devoir de mémoire commémore le sursaut, l’énergie et le courage de tous ceux qui ont tout quitté, comme le général de Gaulle lui-même, parti seul avec une poignée de compagnons avant d’être rejoint peu à peu par d’autres qui ont voulu tout sacrifier au combat pour la Patrie et la Victoire. Ils ont laissé leurs familles derrière eux sans savoir ce qu’il adviendrait d’elles. C’est ensuite un appel au sursaut et à l’énergie, pour ne pas faiblir et ne pas fléchir dans les épreuves. Cet appel a aussi une portée morale, qui nous invite quand nous sommes en proie au découragement et à la défaite, à puiser en nous les ressources pour faire face, les forces qui nous restent pour avancer et ne pas baisser les bras. Voilà la double signification du message de l’Appel du 18 juin.

La Nation : Ce message fait-il encore sens aujourd’hui selon vous ?

M. Serge Mucetti : C’est vrai qu’aujourd’hui, les valeurs de Patrie et de Nation, l’émotion ressentie quand son drapeau monte en haut d’un mat ; tout ceci peut paraitre un peu suranné, désuet, hors de propos. Ce n’est pas mon avis. Je crois que la jeunesse d’aujourd’hui est beaucoup plus attachée qu’on ne le croit aux valeurs qui font son fond culturel, une partie de sa civilisation. Ceci est valable dans quelque pays que ce soit d’ailleurs, sans être le propre de la France. Je crois d’ailleurs ressentir cette même émotion ici à Djibouti, dans toutes les cérémonies auxquelles j’assiste, cet attachement au pays et à la terre de ses ancêtres. Je crois que c’est une bonne chose et qu’il ne faut pas sous-estimer ce sentiment.

La Nation : Est-ce que vous pensez que la jeunesse d’aujourd’hui comprend ou ressent la valeur et la portée de ce message ?

M. Serge Mucetti : Vous savez, on ne nait pas avec les gènes des héros. On n’est pas génétiquement prédestiné à accomplir des actes hors normes. Finalement, ce sont les circonstances, les réalités comme aurait dit le général de Gaulle, qui vous transforment,. Ceux qui ont combattu pendant la Seconde guerre mondiale ont été jeunes eux aussi, à un certain moment, et ils avaient entendu parler des combats de la Première guerre mondiale et d’autres conflits, sans s’imaginer qu’à leur tour, un jour, ils allaient affronter un ennemi pour défendre leur famille, leur Patrie, leur valeurs. Les jeunes d’aujourd’hui sont comme ceux d’hier et d’avant-hier. Si on leur explique qu’il faut faire des sacrifices pour obtenir des résultats, même s’il s’agit du sacrifice de leur vie, je crois que certains sont prêts à le faire j’ai confiance dans la jeunesse et les jeunes, c’est la raison pour laquelle j’ai voulu que ce soir, le lycée français de Djibouti soit représenté par une quinzaine d’élèves. Ce n’était pas facile car ils passent actuellement leur baccalauréat. Ils n’ont que plus de mérite à s’associer à cette manifestation.

Propos recueillis par MAS

Retrouver ici le discours complet de M. Serge Mucetti.

JPEG
Crédits photos : ADJ Ralph Veron - FFDj

Dernière modification : 02/07/2015

Haut de page